Manger sainement pour le même prix

Manger mieux sans payer plus, tel est le principe du régime fléxitarien. Il s’agit d’adopter une alimentation saine et respectueuse de l’environnement où la consommation de protéine animale est réduite. Cette conclusion découle d’une étude co-réalisée par le WWF et ECO2 initiative.

Au cours de ces 50 dernières années, les habitudes alimentaires des ménages français ont considérablement changé. Ils ont délaissé les aliments frais au profit des plats préparés et des boissons en bouteille. Des produits commercialisés en masse sur le marché qui sont pourtant néfastes pour la santé et l’environnement. De l’agriculture au traitement des déchets, ce secteur à lui seul rejette 30 % de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Or, « pour le même prix, manger mieux tout en réduisant notre impact sur la planète, c’est possible » souligne cette étude.

Comparaison du panier moyen et du panier fléxitarien

Pour démontrer le fonctionnement de ce concept, le rapport a comparé le panier alimentaire moyen des Français avec un panier dit fléxitarien. En un peu plus clair, cette assiette est constituée à deux tiers de protéines végétales contre un tiers de protéines animales.

D’après les calculs de l’ONG, adopter un tel mode d’alimentation signifie qu’une personne réduit sa consommation hebdomadaire de viande ou poisson sauvage de quatre repas au lieu de six et l’occurrence des produits transformés à deux par semaine contre un par jour. Le menu est complètement remanié.

Pour alléger la note, la reconversion est dirigée vers tous les produits qui sont particulièrement frais : bœuf, veau, agneau, poisson sauvage… En revanche, les produits industriels, gras, sucrés et salés seront réduits de façon drastique. Il faudra également rectifier la ration des produits farineux tels que le pain et les pâtes. Les légumes, céréales et légumineuses seront privilégiés ainsi que les laits végétaux. Seuls les produits laitiers et fromagers ne cèdent pas leur place dans ce nouveau régime. Ils doivent toujours constituer 15 % des aliments consommés.

Réduire la facture grâce à ce régime

Dans le cadre d’une réduction des aliments fortement énergivores, on pourra baisser de 38 % l’émission de carbone du panier standard d’un foyer de 4 personnes. En même temps, elle va faire baisser la note de 21 % selon le WWF. Ainsi, la facture hebdomadaire passerait de 187 euros à 147 euros. Une économie notable qui permettrait « d’introduire dans le panier fléxitarien près de 50 % de produits certifiés (Bio, Label rouge et MSC) sans dépasser le coût du panier standard ».

Pour se tourner vers ce panier durable « il est nécessaire de revoir en partie nos habitudes alimentaires » indique le WWF. L’organisme recommande d’ailleurs d’inverser les tendances négatives qui ont pris le dessus sur les pratiques des Français au cours des 50 dernières années. En 2015, l’achat des plats préparés par habitant représente 119 euros par an. Du moins, la diminution du budget consacré à la viande se poursuit au profit des œufs.

Laisser un commentaire