Science : des embryons mi-humains, mi-animaux

Des scientifiques américains sont la cause d’une polémique au sein de la communauté des chercheurs, suite à des expériences un peu spéciales. En effet, ces chercheurs travaillent sur la création d’embryons mi-humains mi-animaux, autrement dit, des chimères. Ces recherches sont assez critiquées et soulèvent de profondes questions d’éthique. Cependant, il est important de noter que le principe de ce projet assez insolite est une recherche médicale visant à guérir plusieurs types de maladies.

Des expériences hors du commun

Ces scientifiques ont lancé ce projet afin de créer des meilleurs modèles d’animaux pour la recherche médicale. Avec ces recherches, ils espèrent obtenir une meilleure compréhension de l’apparition et du développement des maladies humaines. Avec des expériences pareilles, le National Institute of Health effectue une surveillance très étroite. De plus, cette institution gouvernementale américaine a imposé un moratoire sur le financement de ces projets en raison des questions d’éthique qu’ils soulèvent.

7_RAJ0231_grande

Effectivement, on a pu recenser bon nombre de scientifiques qui s’opposent à la réalisation de ce projet. Cependant,  cela n’a pas empêcher certains d’entre eux de continuer leurs recherches avec ou sans financement, tout en espérant que les résultats obtenus puissent lever le sursis imposé par le NIH. Selon Pablo Ross, un biologiste de la reproduction à l’Université de Californie à Davis, « nous n’essayons pas de créer une chimère juste parce que nous voulons voir une espèce de créature monstrueuse. Nous le faisons dans un but biomédical ».

Des recherches controversées

Le scientifique Pablo Ross a tenté de créer un pancréas, qui pourrait être transplanté chez un patient atteint de diabète. Le procédé consiste à retirer le gène destiné à fabriquer le pancréas d’un embryon de cochon en utilisant une méthode d’édition génomique. Ensuite, il modifie l’ADN de l’embryon en injectant des cellules-souches pluripotentes induites humaines. Cependant, si ces cellules peuvent créer des pancréas, elles peuvent aussi générer d’autres types de tissus. De plus, le secteur de développement de ces cellules-souches est imprévisible, et il est probable qu’elles produisent un cerveau humain dans cet embryon de cochon. Voilà qui rend ces expériences très controversées.

a1ebaf025f494461

En effet, si un cochon est doté d’un cerveau partiellement humain, il peut probablement avoir une conscience humaine et avoir des besoins humains, affirme Stuart Newman, un professeur en anatomie et biologie cellulaire au New-York Medical College. Dans le pire des cas, ces cellules peuvent créer du sperme ou des ovules humains dans les chimères. Cela peut engendrer un hybride mi-homme mi-cochon, qui serait désastre d’ordre naturel, et une atteinte à l’éthique. Malgré ces formes d’opposition, le scientifique Pablo Ross se défend en déclarant que le but de ses recherches consiste à sauver des vies humaines, et que le développement des embryons modifiés ne dépasserait pas 28 jours.

Laisser un commentaire