E-cigarette : le nombre de morts évités, chiffré par une étude américaine

 

Si les grands fumeurs se détournent du tabac au détriment de l’e-cigarette, ce n’est pas pour rien. L’innocuité de cette dernière n’a pas encore été démontrée, mais on sait qu’elle est beaucoup moins nocive par rapport au tabac.

Certes, la haute autorité de la santé a annoncé en 2014 que les émissions de la cigarette électronique pouvaient contenir des produits toxiques. Une raison qui est sans doute à l’origine de l’interdiction de vapoter dans les espaces de travail collectifs.

Or, c’est moins dangereux que l’exposition d’une habitation aux fumées de cigarette pendant 24 heures avait assuré le Professeur Dautzenberg, pneumologue aux hôpitaux universitaires Pitié Salpêtrière-Charles Foix.

Des décès épargnés par million

Dans une étude américaine, des chercheurs ont tenté d’évaluer le nombre de morts évités sur le territoire dans le cas où plusieurs Américains passaient à la cigarette électronique, que l’on parte de scénario optimiste ou pessimiste.

D’après l’OMS, le tabagisme tue plus de la moitié des personnes concernées. Pour cette étude, les scientifiques sont partis de l’hypothèse que les risques liés à l’e-cigarette représentaient 5% du tabac et que seule une minorité continuerait à fumer de manière traditionnelle d’ici 2026.

Dans le scénario le plus optimiste, l’hypothèse a permis d’estimer que 6,6 millions de morts pourraient être évitées d’ici 2100 aux États-Unis, ce qui représente un quart des décès prévisibles compte tenu de la situation actuelle si elle se poursuit. Aujourd’hui, 19,3 % des hommes américains et 14,1 % des femmes américaines consomment régulièrement du tabac.

Dans le scénario pessimiste, les auteurs sont partis de l’hypothèse que les cigarettes électroniques représentaient 40 % de ceux du tabac. On pourra épargner ainsi 1,6 million de vies d’ici 2100. Des chiffres vertigineux qui vantent une fois de plus les mérites de la vapote.

La cigarette électronique tue moins

En raison de cette image plus sûre de l’e-cigarette, les militants de la lutte contre le tabagisme craignent que cela attire une nouvelle génération de fumeurs et qu’elle soit une porte d’entrée vers le tabac. Les défenseurs évoquent quant à eux que quels que soient les risques qu’elle représente via l’inhalation de vapeurs liquides contenant de la nicotine, l’e-cigarette demeure moins nocive. Dans tous les cas, la question autour de la cigarette électronique divise les scientifiques et les spécialistes.

Actuellement, la vapote fait de plus en plus d’adeptes. En Europe seulement, on estime son nombre d’utilisateurs à sept millions. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, le tabac cause la mort de la moitié de ses consommateurs, soit sept millions de victimes décédées par an, dont près d’un million exposé au tabagisme passif.

Laisser un commentaire